dynAlp-nature : la dynamique est lancée
Saint-Martin-de-Belleville/F restaure ses tourbières. La photo montre un fossé de drainage comblé. © Saint-Martin-de-Belleville

dynAlp-nature : la dynamique est lancée

La pression sur la nature s'accentue dans les Alpes. Pourtant, la protection de la nature ne joue souvent qu'un rôle marginal dans l'aménagement du territoire, la mobilité, le tourisme ou l'agriculture. 23 communes d'Alliance se sont mobilisées dans le cadre de dynAlp-nature pour donner plus de place à la nature. Deux exemples :

La commune italienne d'Ardesio participe au projet dynAlp-nature « Paysage et biodiversité à table ». Avec cinq autres communes, elle montre comment encourager une agriculture à haute valeur naturelle. L'objectif de créer une filière de valorisation locale pour la production agricole est cependant encore loin d'être atteint. La commune a donc décidé d'établir avec la population locale une " carte participative " qui répertorie les connaissances des générations passées sur le paysage, le patrimoine culturel et naturel et d'exploitation des terres agricoles. Une enquête a été réalisée l'année dernière auprès de plus de 200 habitants de la haute vallée du Serio. Les résultats sont en cours d'évaluation et seront publiés prochainement.

La commune française de Saint-Martin-de-Belleville est l'une des six communes impliquées dans le projet dynAlp-nature « Préservation, restauration et valorisation des zones humides ». Les zones humides sont un élément clé pour la protection de la nature. Elles constituent une protection naturelle contre les inondations et améliorent la qualité de l'eau en filtrant les eaux souterraines. Saint-Martin-de-Belleville a organisé l'année dernière des journées de formation, comblé des fossés de drainage pour remettre en eau les zones humides et lancé des mesures d'entretien comme la mise en défens de pâturages.

Les actions réalisées en 2014 feront l'objet de visites lors de la conférence technique du Réseau de communes à Saint-Martin-de-Belleville.