L’intégration a besoin de nous tous – de tout le village !
© Fotolia, lassedesignen

L’intégration a besoin de nous tous – de tout le village !

2e événement du cycle de trois conférences sur les migrations dans les Alpes, 29 avril à Leutkirch/D.

Pour apprécier les effets de l’immigration dans les zones rurales et identifier les opportunités, une étape décisive est l’analyse des zones rurales. Des zones périurbaines aux zones enclavées, les situations varient. Chacun de ces espaces a un rôle différent à jouer et des opportunités différentes pour gérer les migrations.

La nécessité d’intégrer les nouveaux arrivants dans ces différentes entités spatiales est un défi pour toutes les communes et concerne toutes les formes de migration. Lorsque les migrants viennent d’un autre espace linguistique, il est encore plus difficile pour eux de s’impliquer activement dans leur nouvel environnement. Pour que l’intégration réussisse, on a besoin de nombreux éléments et de nombreux partenaires. Avec le projet Vivre.Ensemble dans les Alpes, le Réseau de communes « Alliance dans les Alpes » s’efforce de proposer de nouvelles approches et de nouvelles solutions.

Leutkirch Tag 2

Le 1er événement du cycle avait déjà identifié comme facteurs essentiels d’une intégration réussie en zone rurale le logement, l’intégration sociale et l’accès à l’emploi. À Leutkirch, les participant(e)s d’Allemagne, d’Autriche et d’Italie ont discuté les possibilités d’action des communes à l’aide d’exemples.

Le territoire du Vorderland/A mise sur l’information préventive pour favoriser l’acceptation des réfugiés par la population et mobiliser des bénévoles pour les accompagner.

L’association Pacefuturo du Piémont/I a présenté des approches créatives de coopération entre des institutions publiques et des bénévoles, qui ont permis de proposer des opportunités de formation et d’emploi aux migrants forcés, mais aussi d’offrir les mêmes possibilités aux jeunes de la vallée.

L’égalité des chances dans l’accès à l’éducation exige une bonne connaissance de la langue. L’apprentissage de la langue peut être favorisé de façon très bénéfique pour tous par une mise en réseau au sein de la commune, comme le montre le programme Netzwerk Mehr Sprache du Vorarlberg/A.

La petite commune de Grafenaschau/D s’efforce de rendre la commune attractive pour les jeunes et d’attirer de jeunes familles. L’histoire de Michael Kerschbaumer et de sa famille montre comment l’arrivée de ces nouveaux habitants bénéficie aux communes rurales.

D’autres tables rondes ont permis de discuter les exemples de Hard/A, Grassau/D, du territoire Hinterer Bregenzerwald/A et de Leutkirch/D.

Les aspects particulièrement importants pour la réussite de l’intégration :

Des personnes engagées au niveau politique dans l’administration et parmi les bénévoles ;

Une bonne mise en réseau au sein de la commune ou du territoire ;

Une bonne communication avec les personnes impliquées et avec la population.

Les résultats du projet seront présentés dans le cadre de la SemaineAlpine le 14 octobre 2016 à Grassau/D. Le projet est financé par la présidence allemande de la Convention alpine 2015-2016.