Apprendre et connaître la nature dans le territoire ‘Kummenregion’
Galerie 2 photos
Programme éducatif

Apprendre et connaître la nature dans le territoire ‘Kummenregion’

Les connaissances sur la biodiversité des paysages naturels et ruraux se perdent peu à peu, et souvent avec elles l’intérêt pour le patrimoine naturel local. Le territoire ‘Kummenregion’ (Vorarlberg/AT) a donc lancé l’année dernière un programme de formation sur la faune, la flore et les nombreuses fonctions de la nature aux portes des communes. 23 personnes acquièrent dans le cadre de 8 modules des connaissances sur le milieu naturel local, mais aussi des techniques pour enseigner ces connaissances à d’autres personnes.

Les responsables du territoire misent sur l’effet « boule de neige », espérant que ces apprenants éveilleront à leur tour l’intérêt et la curiosité de leur entourage personnel et professionnel sur la valeur et les spécificités de ces paysages, et que certains d’entre eux s’engageront pour les préserver. « Nous espéronsque cela amènera d’autres personnes à s’intéresser à la diversité et aux richesses de nos paysages », expliqueIsabella Schnetzer du service environnement de la commune de Götzis.

L’idée de cette démarche est née dans la commune de Koblach, qui a proposé il y a quelques années des cours sur le patrimoine naturel local à un groupe de personnes intéressées.  Surnommées les « Naturgeister » (les « bons esprits de la nature »), ces personnes proposent aujourd’hui régulièrement des parcours de découverte de la nature locale à des particuliers, des entreprises ou des associations. D’autres participent à des actions concrètes d’entretien des paysages ou à des projets de nature dans la commune.

Dans l’esprit du Réseau de communes Alliance dans les Alpes, le territoire a repris cette idée et l’a développée. Il est soutenu dans sa démarche par le Land Vorarlberg dans le cadre du programme régional « Diversité naturelle dans la commune », et par l’agence de conseil en environnement pulswerk. Le programme de formation s’achèvera à l’automne 2018, et conduira peut-être comme à Koblach à la mise en place de nouvelles activités au service de la biodiversité locale.