Changement climatique – transformer la vision globale en action locale!
Galerie 17 photos
Lancement "Partenariat alpin pour l’action climatique locale (ALPACA)" (© CIPRA International,Caroline Begle)

Changement climatique – transformer la vision globale en action locale!

La nécessité de réduire les gaz à effet de serre et de faire face à un climat qui change est un défi global – mais c'est au niveau local que les visions se concrétisent.

Le réchauffement climatique est clairement visible dans les Alpes. Avec le « Partenariat alpin pour l’action climatique locale », des villes, des communes et des réseaux d’acteurs se mobilisent pour mieux protéger le climat. L’initiative a été lancée le 7 novembre à Innsbruck par « Alliance dans les Alpes » , CIPRA International et « Ville des Alpes de l’Année ».

Lors de la conférence « Changement climatique – de la vision globale à l’action locale ! » qui s’est déroulée les 7 et 8 novembre à Innsbruck/A, les acteurs locaux des Alpes ont présenté leurs idées pour lutter ensemble contre le changement climatique.

La conférence a également marqué le lancement du Partenariat alpin pour l’action climatique locale (ALPACA). Des villes, des communes et des réseaux d’acteurs unissent leurs forces pour promouvoir la protection du climat au niveau local. Leur objectif : la création d'outils et de partenariats et l'échange d'expériences entre les différents acteurs investis dans le champ du climat dans les Alpes. L'idée d'un partenariat pour le climat a été lancée par la Convention Alpine et adoptée par les Parties contractantes lors de la Conférence Alpine de l’année 2016. Martin Waldhausen, représentant du ministère fédéral allemand de l’environnement, soutient l’initiative : « La conférence nous a montré que les bonnes idées ne manquent pas. Ce qu’il faut maintenant, c’est faire connaître ces idées et favoriser les échanges. Une plateforme comme ALPACA est un outil essentiel pour avancer sur cette voie. »

La lutte contre le changement climatique ne peut pas attendre

La situation est dramatique : le changement climatique progresse inexorablement, les avertissements se multiplient et la nécessité d’agir est plus urgente que jamais. C’est ce qu’a souligné Lučka Kajfež Bogataj, professeuse de climatologie à l’université de Ljubljana, dans le cadre de la première intervention de la conférence. Elle propose, entre autres, de rechercher des synergies entre les actions engagées pour atténuer les effets du changement climatique et les mesures d’adaptation, par exemple dans le domaine des infrastructures vertes. Anna Stetter de la société B.A.U.U.M Consultant GmbH a ensuite montré que la coopération pouvait être un levier pour surmonter les obstacles à la transition énergétique dans les Alpes. La table ronde a permis de présenter des initiatives réussies au niveau local et régional dans les Alpes.

Le deuxième jour, les participants ont approfondi en petits groupes des pistes possibles pour la mise en œuvre d’initiatives pratiques et ont défini les premières étapes d’actions climatiques conjointes.

ls ont élaboré des approches initiales pour des actions conjointes à mettre en œuvre dans le cadre de l'ALPACA en 2019. Plus précisément, trois sujets ont été abordés :

  • Comment les municipalités peuvent-elles mettre en œuvre conjointement des solutions pratiques pour le secteur de l'énergie ?
  • Comment mieux communiquer (avec les municipalités) sur les questions d'énergie et de protection du climat ?
  • Comment l'adaptation au changement climatique peut-elle être réalisée au niveau local ?

Les communes et les organisations engagées dans ALPACA sont désormais invités à échanger leurs idées, à coopérer, à s’inspirer mutuellement, à utiliser les synergies existantes et à inventer ensemble des solutions ambitieuses pour protéger le climat.

Cette conférence s'inscrit dans le cadre de l'Initiative climatique européenne (EUKI) du ministère fédéral de l'environnement, de la protection de la nature et de la sûreté nucléaire (BMU). Les opinions exprimées dans cet article relèvent de la seule responsabilité de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement celles du BMU.